-----------------------------------------

---> Dernières critiques :
FLUGPARKEN de Jens Ostberg.
THE STONE ROSES : MADE OF STONE de Shane Meadows.
NOGLE HUS SPEJL de Michael Noer.
JUILLET AOUT de Diastème.
(M)UCHENIK de Kirill Serebrennikov.
CHOUF de Karim Dridi.
NERVE d'Henry Joost et Ariel Schulman.
TONI ERDMANN de Maren Ade.

 

---> Et bientôt le CANNONBALL 2018 !!!

 

 

 

- Consultez les règles de la LANTERNE MAGIQUE en cliquant ici.

 

- Consultez les règles du QUIZZ en cliquant ici.

 

SI VOUS VOULEZ CREER VOTRE BLOG, NE CHOISISSEZ PAS OVER-BLOG. DES BUGS TOUS LES JOURS !!!
-----------------------------------------

CELINE FAIT SON CINEMA

LES AUTRES INCONTOURNABLES DE CELINE

LA SAGA DES ETOILES FILANTES

D'AUTRES ETOILES FILANTES

LE BLOG DE D&D

MON CINEMA

MATIERE FOCALE

ARRET SUR IMAGES

WORLD COMMUNITY GRID

FREAKOSOPHY

AUJOURD'HUI J'AI APPRIS...

LA VIE ROCAMBOLESQUE ET INSIGNIFIANTE DE BRAD PITT DEUCHFALH

CELLULOIDZ

PETITION POUR LE DVD FREAKS & GEEKS EN FRANCAIS

ART OF THE TITLE

L'ETRANGE FESTIVAL

IMDB
 

 
 
 
Join the Blue Ribbon Online Free Speech Campaign
 
 
 
 
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 19:00

MEL BROOKS

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 19:00

            Entre le film de Tod Browning et Les nains aussi ont commencé petits de Werner Herzog, qui apparaît, à sa manière, comme une variation sur Freaks, on découvre la matrice occulte du reality show, ou plutôt sa mise en perspective prophétique et son renversement possible. En faisant disparaître les freaks, on se transforme soi-même en bêtes de foire, on occupe, in fine, la place qui leur avait été assignée. Si Freaks montre que l'on inspectera le quotidien des hommes comme s'il s'agissait d'un monde exotique (trait qui corrobore l'hypothèse d'une hyper-différenciation des êtres inconnue auparavant : aujourd'hui, il y a plus de différences entre votre voisin et vous, à tous les niveaux, qu'hier entre deux hommes de pays éloignés et pourtant, tout est pensé en fonction de l'étalon « homme »), c'est Les nains aussi ont commencé petits qui associe cette inlassable monstration à la prison et à son temps pseudo-circulaire, où rien n'est jamais vraiment commencé et rien n'est jamais vraiment fini.
            « En l'absence de destin, l'homme moderne est livré à une expérimentation sans limites sur lui-même. » C'est Jean Baudrillard qui a écrit ce très beau texte sur la téléréalité dans une chronique pour Libération datée du 29 mai 2001, L'Elevage de poussière. Il y déploie une sorte de pataphysique du loft comme remake de L'Ange exterminateur : c'est la « réclusion volontaire comme laboratoire d'une convivialité de synthèse ». Dans un premier temps, Baudrillard remarque, comme tout le monde, que ce que l'on voit à travers la téléréalité, c'est le rien, le nul, le spectacle de la banalité, de la platitude : soit « l'extrême inverse du Théâtre de la Cruauté ». Mais dans un deuxième temps, il se reprend, et voit qu'il y a là une autre forme de cruauté. « A l'heure où la télé et les médias sont de moins en moins capables de rendre compte des événements (insupportables) du monde, il découvrent la vie quotidienne, la banalité existentielle comme l'événement le plus meurtrier, comme l'actualité la plus violente, comme le lieu même du crime parfait. Et elle l'est en effet. Et les gens sont fascinés, fascinés et terrifiés par l'indifférence du Rien-à-dire, Rien-à-faire, par l'indifférence de leur existence même. La contemplation du Crime Parfait, de la banalité comme nouveau visage de la fatalité, est devenue une véritable discipline olympique, ou le dernier avatar des sports de l'extrême. » Et Baudrillard cite Walter Benjamin : « L'humanité qui jadis avec Homère avait été objet de contemplation avec les dieux olympiens l'est maintenant devenue pour elle-même. Son aliénation d'elle-même a atteint ce degré qui lui fait vivre sa propre destruction comme une sensation esthétique de premier ordre. »

 

Pacôme Thiellement, CINEMA HERMETICA, Super 8, 2016.

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 19:00

LAURENT TERZIEFF PAR JEAN-FRANCOIS BAURET

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 19:00

LUCHINO VISCONTI

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 19:00

BETTY GRABLE POUR ROYAL CROWN COLA

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 19:00

NEIL JORDAN

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 19:00

THE MAN WHO LOVED CAT DANCING

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 19:00

CATE BLANCHETT

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 19:00

THE KING OF COMEDY

(Jerry Lewis, Robert De Niro et Martin Scorsese)

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 19:00

ROMY SCHNEIDER

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -