-----------------------------------------

---> Dernières critiques :
FLUGPARKEN de Jens Ostberg.
THE STONE ROSES : MADE OF STONE de Shane Meadows.
NOGLE HUS SPEJL de Michael Noer.
JUILLET AOUT de Diastème.
(M)UCHENIK de Kirill Serebrennikov.
CHOUF de Karim Dridi.
NERVE d'Henry Joost et Ariel Schulman.
TONI ERDMANN de Maren Ade.

 

 

 

- Consultez les règles de la LANTERNE MAGIQUE en cliquant ici.

 

- Consultez les règles du QUIZZ en cliquant ici.

 

SI VOUS VOULEZ CREER VOTRE BLOG, NE CHOISISSEZ PAS OVER-BLOG. DES BUGS TOUS LES JOURS !!!
-----------------------------------------

CELINE FAIT SON CINEMA

LES AUTRES INCONTOURNABLES DE CELINE

LA SAGA DES ETOILES FILANTES

D'AUTRES ETOILES FILANTES

LE BLOG DE D&D

MON CINEMA

MATIERE FOCALE

ARRET SUR IMAGES

WORLD COMMUNITY GRID

FREAKOSOPHY

AUJOURD'HUI J'AI APPRIS...

LA VIE ROCAMBOLESQUE ET INSIGNIFIANTE DE BRAD PITT DEUCHFALH

CELLULOIDZ

PETITION POUR LE DVD FREAKS & GEEKS EN FRANCAIS

ART OF THE TITLE

L'ETRANGE FESTIVAL

SAUVONS LE GRAND ECRAN ITALIE !

IMDB
 

 
 
 
Join the Blue Ribbon Online Free Speech Campaign
 
 
 
 
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 20:00

JACK LEMMON ET BILLY WILDER

(Jack Lemmon et Billy Wilder)

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 01:45

Mis en lumière par MAYDRICK dans LANTERNE MAGIQUE
Poster un commentaire -
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 23:42

-------  GAUMONT PARNASSE  -------
---------------  SALLE 5  ---------------

Jeudi 5 janvier 2017, 15h50
LE COEUR EN BRAILLE de Michel Boujenah

 

                Au cœur du quartier Montparnasse gît un plexe qui vend des films sans se soucier de devenir un lieu consacré au cinéma, mais bien plus au culte de sa personnalité. Si l’impression de ne jamais mettre les pieds dans un endroit qui s’apparente à un cinéma subsiste dans ce plexe, il faut principalement en chercher les causes dans une propagande à l’effigie de Gaumont, qui régit les moindres recoins de ce bâtiment. L’intérieur est intégralement décoré aux couleurs vives de l’enseigne. Jaunes, oranges, violets ad nauseam. Le tout agrémenté de formes convexes, arrondies, boursoufflées. Une infantilisation maximum règne ici comme dans la plupart des plexes Gaumont. Toute la décoration donne l’impression de se retrouver dans une sorte de grand magasin destiné aux jeux vidéos ou à une autre activité ludique destinée aux mineurs. Et qui plus est, tout cela est fait sans aucun goût. C’est très laid. Les finitions permettent d’affirmer l’identité du lieu en disséminant un maximum de marguerites, emblème évident de la Gaumont, qui jonchent notamment toutes les moquettes. Les indices du totalitarisme de la firme sont évidents et enserrent le spectateur dans un étau liberticide peu contraignant à priori puisqu’il ne l’empêche pas de voir le film qu’il a choisi. Il n’empêche qu’à trop vouloir mettre en avant son identité plus que ce qu’elle vend, Gaumont informe clairement ses clients du peu de respect qu’il confère aux films qu’ils sont venus voir, et donc du peu de respect pour ces mêmes clients.
 

L’entrée par la rue d’Odessa se fait par un immense hall-couloir avec des pertes de place conséquentes que les bornes de réservation essaient de combler. Un peu plus loin se trouve un énorme comptoir de boissons et sucreries. Proéminence agressive du stand, couleurs vives et publicités provocantes. Cet emplacement est plus imposant que la caisse qui se trouve tout au bout, sur la droite. Là, les cordons de sécurité font des zigzags pour discipliner les spectateurs. Comme si toute cette entrée n’était pas suffisamment grande pour accueillir une seule longue file d’attente. Celle d’aujourd’hui est composée d’environ une dizaine de personnes. Et l’avancée est lente. Très lente. Car Gaumont n’a pas jugé utile d’ouvrir au moins une autre caisse. Sur les quatre possibles, une seule est tenue par une jeune femme qui essaie de s’en sortir comme elle peut. Elle essaie de garder son sourire et son caractère avenant même si elle voit bien le nombre de personnes qui attendent et qui commencent à s’impatienter. Elle fait bien son travail puisqu’elle ne cherche pas à bâcler chaque demande, et prend le temps qu’il faut pour accueillir les clients. C’est bien malgré elle que les spectateurs s’agglutinent, car une étape lui demande à chaque fois plus de temps que nécessaire. Celle où elle demande à chaque spectateur de choisir sa place dans la salle sur un écran. Comme ce dernier ne rend pas bien compte du placement en salle, chacun hésite à choisir un siège adéquat. Cette bien mauvaise idée des plexes Gaumont et Pathé non seulement ne sert à rien puisque tout le monde choisit une place différente à l’arrivée dans la salle, mais elle est aussi cause du rallongement lors du passage en caisse. Son seul avantage est de pouvoir réserver sa place lorsque la salle est remplie et qu’on sait qu’on arrivera dans les derniers.
 

Le Gaumont Parnasse est un plexe rassemblant 12 salles divisées en 4 secteurs. La salle 5 se trouve dans le même bloc que la salle 6 et la salle 7. Il faut descendre un escalator pour y arriver, mais un ascenseur est aussi disponible pour les handicapés.
 

Une bonne rénovation serait ici nécessaire même si la moquette ne semble pas trop défraîchie. Une pancarte publicitaire cache un réduit en ruines, sans porte, où trainent des outils de nettoyage. L’escalator grince tous les deux secondes en produisant un bruit strident extrêmement désagréable qui provoque des frissons dans tout le corps. Attendre dans cet espace confiné est une souffrance.
 

Les toilettes sont assez exigües. La serrure d’une des portes est cassée. Propreté relative. L’essuie-mains est placé juste à côté du lavabo et il faut donc attendre que la personne précédente ait fini de s’essuyer les mains pour pouvoir laver les siennes. Well done !
 

La disposition de la salle 5 est plutôt charmante. Petite salle de 88 places, partagée en deux. Après les deux premières rangées, un espace plutôt large permet aux spectateurs du troisième rang de pouvoir étendre leurs jambes sans déranger personne. Ici, la place semble idéale et les rangs du devant apparaissent ainsi un peu trop proches de l’écran. Celui-ci occupe une bonne place malgré cette petite salle, plus large que profonde. En bas de cet écran, une traînée horizontale d’environ 20 centimètres donne l’impression d’un objet qui appuie contre l’écran par derrière. Ou peut-être est-ce une déformation définitive. Heureusement cela n’occasion pas de distorsion trop voyante pendant le film.
 

Les fauteuils sont malheureusement des strapontins et sont peu confortables. La jointure entre le siège et le dossier est très désagréable. Ce qui est bien dommage car la mousse qui se cache sous le rouge du velours est plutôt bien absorbante pour le poids de notre corps.
 

Sur la droite, au bout de l’allée qui sépare le deuxième et le troisième rang, se trouve une porte de sortie surmontée d’un bloc fortement lumineux. Quel intérêt de le laisser allumé puisqu’il signale une porte condamnée dont l’utilisation est rendue impossible par la chaîne de sécurité qui la bloque ?
 

L’image, elle, manque de luminosité. Le son, lui, est d’une puissance agréable, même si l’installation ne rend compte que d’un 5.1 basique.
 

Et puis, je m’en étais aperçu dès l’entrée dans le plexe, mais la projection révèle le caractère du public. 29 personnes ont pris place et j’aurais dû me douter que le milieu de l’après-midi serait propice à la sortie des personnes âgées voire très âgées. Ce qui est d’ailleurs assez étonnant pour un film destiné au jeune public. Cela a le mérité d’éviter les téléphones portables intempestifs, mais ne protège pas des conversations chuchotées à haute voix pour commenter les moindres détails du film. Pendant le générique de début, une personne âgée entre dans la salle :
 

LA PERSONNE AGEE (suffisamment haut pour qu’on l’entende) : Oh ! Il fait tout noir. Je n’y vois rien. Oh la la ! Je vais tomber. Je n’y vois vraiment rien. Pardon… Excusez-moi, c’est tout noir, je n’y vois rien.

UNE AUTRE PERSONNE AGEE (suffisamment bas pour qu’on l’entende) : Il n’y a rien à voir !
 

Les lumières se rallumeront doucement pendant le générique de fin, mais c’est vrai qu’il n’y avait pas grand-chose chose à voir au Gaumont Parnasse autant sur l’écran qu’en dehors.

 


 

Mis en lumière par MAYDRICK dans PLEXES
Poster un commentaire -
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 20:00

THE SPY WHO LOVED ME

(Roger Moore et Richard Kiel)

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 02:54
CLASSEMENT
1273 pointsKENNEBUNKT
541 pointsZOZEF
223 pointsRONNIE
137 pointsDADA
119 pointsJIPE
97 pointsTITINE
68 pointsSAMOM
56 pointsHAMLET
35 pointsODOMAR
19 pointsGUCHO
18 pointsMAXLAMENACE_89
16 pointsLIMBO
10 pointsFFX
 LMK
9 pointsAKARIZA
 SEB
 CINEMIK
8 pointsAL
6 pointsBEHEMOTH

 

 

Mis en lumière par MAYDRICK dans LANTERNE MAGIQUE
Poster un commentaire -
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 20:00

JESSICA CHASTAIN

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 01:38

Mis en lumière par MAYDRICK dans LANTERNE MAGIQUE
Poster un commentaire -
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 20:00

>>>>>  Cliquer sur l'icône pour télécharger en .pdf  <<<<<

ICONE

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 01:00
CLASSEMENT
1264 pointsKENNEBUNKT
541 pointsZOZEF
223 pointsRONNIE
147 pointsDADA
119 pointsJIPE
97 pointsTITINE
68 pointsSAMOM
56 pointsHAMLET
35 pointsODOMAR
19 pointsGUCHO
18 pointsMAXLAMENACE_89
16 pointsLIMBO
10 pointsFFX
 LMK
9 pointsAKARIZA
 SEB
 CINEMIK
8 pointsAL
6 pointsBEHEMOTH

 

 

Mis en lumière par MAYDRICK dans LANTERNE MAGIQUE
Poster un commentaire -
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 20:00

RAQUEL WELCH

Mis en lumière par MAYDRICK dans PERSISTANCE RETINIENNE
Poster un commentaire -