-----------------------------------------

---> Prochaine nocturne : le VENDREDI 04 AOUT à 20 heures précises.
Cliquez ici pour voir les cadeaux à gagner.

 

 

---> Dernières critiques :
FLUGPARKEN de Jens Ostberg.
THE STONE ROSES : MADE OF STONE de Shane Meadows.
NOGLE HUS SPEJL de Michael Noer.
JUILLET AOUT de Diastème.
(M)UCHENIK de Kirill Serebrennikov.
CHOUF de Karim Dridi.
NERVE d'Henry Joost et Ariel Schulman.
TONI ERDMANN de Maren Ade.

 

 

 

- Consultez les règles de la LANTERNE MAGIQUE en cliquant ici.

 

- Consultez les règles du QUIZZ en cliquant ici.

 

SI VOUS VOULEZ CREER VOTRE BLOG, NE CHOISISSEZ PAS OVER-BLOG. DES BUGS TOUS LES JOURS !!!
-----------------------------------------

CELINE FAIT SON CINEMA

LES AUTRES INCONTOURNABLES DE CELINE

LA SAGA DES ETOILES FILANTES

D'AUTRES ETOILES FILANTES

LE BLOG DE D&D

MON CINEMA

MATIERE FOCALE

ARRET SUR IMAGES

WORLD COMMUNITY GRID

FREAKOSOPHY

AUJOURD'HUI J'AI APPRIS...

LA VIE ROCAMBOLESQUE ET INSIGNIFIANTE DE BRAD PITT DEUCHFALH

CELLULOIDZ

PETITION POUR LE DVD FREAKS & GEEKS EN FRANCAIS

ART OF THE TITLE

L'ETRANGE FESTIVAL

IMDB
 

 
 
 
Join the Blue Ribbon Online Free Speech Campaign
 
 
 
 
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 18:55

--  U.G.C. CINE CITE LES HALLES  --
---------------  SALLE 34  ---------------

Vendredi 9 décembre 2016, 22h15
MA' ROSA de Brillante Mendoza

 

                Je sors de la salle 35 où je viens de voir LES TETES DE L’EMPLOI. Juste à côté, dans la salle 34, se joue MA’ ROSA. Je n’ai pas de billet pour y accéder. Et si je rentrais dans cette salle de manière totalement illégale ? A priori je ne risque rien. Le contrôle ne se fait que tout en bas, juste avant de rentrer dans le dédale des salles. A l’entrée de chaque salle, personne pour contrôler les billets.
 

Avant tout tentative, si tentative il doit y avoir, je dois faire un petit tour par les toilettes. Elles sont prises d’assaut. L’attente me permet de constater qu’une personne passe toutes les heures pour vérifier l’état de ces toilettes. La dernière est passée il y a une heure pile. Tout était O.K. Depuis, ces toilettes sont devenues peu recommandables et clairement dégoûtantes.
 

Après ce petit intermède, je remonte l’escalator. Arrivé en haut, je me trouve face à un homme du personnel en train de se battre avec une poubelle. L’air de rien, je rentre sous son nez dans la salle 34.
 

Sur le mur de gauche, se trouve une caméra qui fixe la salle. Tout comme dans la salle 35. Si ces caméras servent à identifier les fraudeurs, je ne donne pas cher de ma peau. Pour tout vous dire, je ne serai jamais inquiété. Frauder dans ce plexe est d’une facilité déconcertante. Cela me rappelle mes années d’étude à l’université de Bordeaux. Je passais plus de temps dans les salles du C.G.R. que sur les bancs de la faculté. Je passais des journées entières à regarder jusqu’à 5 films à la suite. Il suffisait de payer une entrée pour avoir accès à tout le réseau des salles. Jamais personne pour vous y reprendre. Et pourtant, il y a avait plusieurs écrans de surveillance à l’entrée que le personnel scrutait en permanence ! C’était il y a plus de vingt et les cartes illimitées n’existaient pas encore. Il suffisait de rentrer dans la salle, d’aller jusqu’à la sortie de secours et vous pouviez ainsi faire rentrer l’ami(e) qui vous accompagnait. Non, non, rien n’a changé...
 

D’ailleurs, c’est assez fou car une impression de déjà vu m’embrase dès mon entrée dans la salle. J’ai comme l’impression d’être entré de nouveau dans la salle 35. Mais… Non, c’est bien MA’ ROSA, c’est bien la salle 34. C’est fou, elle ressemble à s’y méprendre à la salle 35. La disposition est exactement la même et pourtant les dimensions sont réduites. Il n’y a ici que 46 places, et même pas une dizaine de spectateurs. Le public est plus âgé, probablement plus cinéphile. Est-ce cela qui pourrait expliquer que personne n’ait utilisé son téléphone portable pendant la projection ?
 

Les caractéristiques techniques sont identiques à la salle 35. Strapontins neufs et confortables. Espace limité mais suffisant. Aucun bloc de sécurité lumineux à signaler près de l’écran. En revanche, les marches, elles aussi sont continuellement allumées. C’est moche. L’image et le son offrent une belle qualité de projection. Ce qui ne sert pas à grand-chose pour un film aussi laid. Pour terminer, les lumières se rallument dans la salle sans prendre la peine d’attendre la fin du générique.
 

Il est temps de quitter ce plexe. Il est un peu plus de minuit. L’endroit est désert. De toute façon, même avec un peu plus de monde, cela ne rendait pas le plexe particulièrement accueillant tant il semble sans aucun rapport avec le cinéma. En bas de l’escalator traine un aspirateur qui ne saurait tarder à faire son office. Il était temps !

 


 

Mis en lumière par MAYDRICK dans PLEXES
Poster un commentaire -

commentaires